La particularité de la bergerie des roches concernant l’élevage des agnelles et agneaux réside dans son système de production mixte ; c'est à dire la production laitière et le suivi de l'agneau de boucherie ou de l'agnelle de renouvellement

En effet, dans le milieu naturel, la production laitière de la brebis est évidement exclusivement destinée aux agneaux ; ainsi, ces derniers tètent leurs mères jusqu'à leur aptitude à se nourrir seul (sevrage naturel à environ 70 jours).

Dans un système de production laitière, le lait se retrouve destiné à l'alimentation humaine ce qui rend délicat le suivi des agneaux voyant leur période d'allaitement raccourcie.

Différentes techniques existent pour pallier à ce manque mais il a fallu à la bergerie des roches personnaliser des méthodes afin d'être en phase avec la politique de la ferme (agriculture biologique) et ses différentes contraintes (surface parcellaire, gestion du temps de suivi des animaux.....).

Ainsi, il faut distinguer deux périodes :

les agneaux du printemps

les agneaux d'automne

LES AGNEAUX DE PRINTEMPS :

Les agneaux de printemps bénéficient intégralement durant deux semaines du lait de leur mère puis jusqu'en moyenne au 45ème jour de manière rationnée.

C'est à dire que la journée, les agneaux restent avec les brebis puis sont séparés la nuit dans un parc spécifique (où sont à disposition du fourrage et des céréales) afin de les préparer au sevrage.

Dans ce même temps, une traite du matin permet de récolter une partie du lait pour la transformation fromagère.

Le sevrage à la sixième semaine (précoce par rapport au cycle naturel) demande une attention toute particulière avec un confort maximal pour l'animal afin de compenser le stress engendré par la séparation de sa mère. Le recours à l'aromathérapie et la phytothérapie sont ici d'une aide précieuse.

Puis vient une transition progressive à l'herbe avec une période printanière favorable qui offre des températures clémentes et une herbe nourrissante.

Cette période délicate dépassée, les agneaux parcourent différentes pâtures « sélectionnées » en fonction du climat de l'année (les canicules étant le plus difficiles à gérer), de la qualité de l'herbe (parfois en « sacrifiant » une prairie de fauche) et des particularités de la parcelle elle même (ombrage, rivière....) ; l'objectif étant de garantir à l'animal des conditions optimales à son bien être.

LES AGNEAUX D'AUTOMNE :

Leurs naissances en début d'automne implique qu'ils resteront en bergerie jusqu'au printemps suivant.

Le maintien compliqué de la production laitière en cette période amène une gestion différente du suivi de l'animal.

Ainsi, l'agneau tète malheureusement sa mère que quelques jours pour être ensuite élevé au biberon.

Cette séparation précoce n'implique paradoxalement pas de stress particulier mais pour le coup ; aux yeux de l'agneau, l'éleveur prend une importance toute particulière devenant le « parent de substitution ».

Durant une dizaine de jours, les agneaux recevront exclusivement du lait de brebis (trait au préalable) et de manière rationnée puis seront nourris au lait entier de vache (partenariat avec l'agriculteur bio voisin « la Ferme de la Crusaz ») et ce jusqu'au 60ème jour.

Dans le même temps sont à leur disposition le meilleur fourrage et un complexe de céréales afin d'assurer leur croissance.

Là aussi, le confort est de mise avec une place suffisante et un paillage régulier ainsi qu'une attention toute particulière.

Cette année, faute de place à la bergerie, les agneaux passent l'hiver dans une serre de Burdignin remplie de tomates les beaux mois de l'année. Partenariat avec la Ferme de la Crusaz, l'idée est de mettre en valeur ce couvert tout en apportant une fertilisation naturelle pour la saison maraîchère à venir.

L'ABATTAGE :

Indissociable à un certain moment de l'élevage, l'abattage reste un moment délicat par sa définition même d'amener à la mort.

Je tiens ici à parler librement de ce sujet qui met souvent mal à l'aise.

Je travaille avec l'abattoir de Bellegarde qui fut il y a une dizaine d'années très controversé.

La réalité est que, à l'image d'autres abattoirs en France, ces structures n'ont jamais et n'ont toujours pas à mon sens les moyens notamment financiers (lié à une politique de tarifs d'abattage bas) pour assurer l'embauche de personnel si nécessaire, leur formation, les avantages en rapport à l'aspect particulier de ce métier, la rénovation permanente de locaux ou des installations nouvelles plus performantes ou encore simplement des remises au normes.

Ainsi, l’abattoir a frôlé la fermeture et c'est grâce au courage de 4 salariés, de l'appui de la mairie de Bellegarde et de l'engagement de plusieurs agriculteurs que la structure a pu s'améliorer et offrir un outil d'abattage convenable.

L'abattage en lui-même consiste à un « étourdissement » qui tue l'animal sur le coup puis un égorgement afin d'évacuer le sang (impératif pour l'aspect sanitaire de la viande).

De mon côté, j'ai choisi de suivre un protocole qui a pour but de réduire au maximum le stress des animaux ; ainsi, l'abattage démarrant par les éleveurs en bio à 5 heures du matin, je me débrouille pour amener mes animaux au plus tard un quart d'heure avant (4h45) m'assurant une mise à mort la plus rapide possible.

Les carcasses sont alors mises immédiatement au froid puis contrôler par les services vétérinaires pour être livrées enfin chez mon prestataire de découpe «la Ferme du Verger».

LA FERME DU VERGER :

Voici à présent deux ans que j'ai fait la connaissance de Benoît Bellossat, boucher de métier et également passionné d'agriculture.

J'ai rapidement souhaité me rapprocher de lui pour la découpe des agneaux (jusque là assuré  par l'abattoir de Bellegarde) pour la proximité et l'échange « complice »sur le métier.

Aujourd'hui producteur/boucher à Langin et prestataire de découpe, il a obtenu une dérogation ECOCERT afin de pouvoir travailler avec moi.

Ce que j'apprécie, c'est sa disponibilité et la possibilité de personnaliser la prestation.

Ainsi, nous avons mis en place plusieurs manières de découper l'agneau pour vous offrir une diversité originale de vos colis.

J'en profite ici pour inviter à vous renseigner sur cette ferme qui choisit ses producteurs (en plus des produits de sa ferme) pour une qualité et une traçabilité de la viande.